Naturopathe sur le Bassin d’Arcachon et Bordeaux / RDV au 06.64.50.58.77

Actualités

Charlotte Cousin • Hygiéniste Naturopathe

Dyspepsie : définition, symptômes, causes et traitement

25 mai 2020 / Charlotte Cousin / Naturopathie

Les troubles digestifs persistants (ou dyspepsie) minent le quotidien d’une part grandissante de la population : de 25 à 40% des adultes sont touchés par le syndrome dyspeptique ! (source : Investigating dyspepsia, BMJ 2008;337:a1400)

Ballonnements, crampes, douleurs, brûlures, éructations, inconfort … on parle communément de troubles dyspeptiques pour ces affections de l’estomac, un sujet à prendre au sérieux car il porte en lui les germes de maladies plus lourdes et représente une souffrance chronique pour les patients.

Cet article aborde le problème de digestion chronique sous ses différents angles :

  • qu’est ce que la dyspepsie ?
  • quels en sont les symptômes ?
  • quelles en sont les causes ?
  • et pour finir, comment peut-on la soigner ?

Définition : dyspepsie, le mal du siècle

Qu’est ce que la dyspepsie fonctionnelle ?

Mon approche n’est pas celle du médecin, mais plus celle du patient, qui ne “sait” pas mais subit. Elle a pour vocation d’aider les personnes concernées à identifier ce qui leur arrive, comprendre qu’elles ne sont pas seules, et trouver des pistes de solution.

Commençons par formaliser ce que signifie “dyspepsie” pour y voir clair.

Du latin dyspepsia, le syndrome dyspeptique illustre une difficulté digestive protéiforme, produisant des désagréments d’intensité variable (allant jusqu’à des douleurs violentes), touchant les organes de la région supérieure de l’abdomen (estomac).

Wikipédia décrit la dyspepsie comme “un ensemble de symptômes, de douleur ou de malaise épigastrique dont l’origine se situerait au niveau de l’estomac ou des structures proches.” (source).

Selon la HAS, la dyspepsie est “un trouble digestif caractérisé par une douleur et un inconfort chronique centré sur la région de l’estomac, ou épigastre. Elle se traduit par une impression de « mal digérer ».

Une définition de “dyspepsie” ne peut selon moi en rester à une approche aussi généraliste.

Plus concrètement, la dyspepsie est un trouble fonctionnel d’origine gastro-duodénale, une anomalie du fonctionnement de l’estomac qui perturbe intensément le processus de digestion. Elle ne se caractérise donc pas par des lésions mais par un dysfonctionnement systémique.

On la considère comme avérée lorsque les différents symptômes (voir plus bas) sont :

  • chroniques
  • cumulés
  • sans cause organique (maladie déclenchante)
  • présents de façon régulière depuis au moins 3 mois consécutifs.

(critère de Rome III – Source)

Si la dyspepsie s’identifie sans difficulté (« je digere mal », « j’ai du mal à digerer »…), la prise en charge du malade dyspeptique est complexe en raison :

  • de la nature plurifactorielle de ses origines (alimentaires, fonctionnelles, allergiques, dysbiotiques, nerveuses…)
  • de la variété des symptômes : douleurs, crampes, ballonnements, régurgitations, nausées, perte d’appétit, déminéralisation, malabsorption, brûlures…
  • des conséquences de ces derniers sur l’organisme : malnutrition, carences, troubles comportementaux, dépression, anémie, etc.

Pour la petite histoire, en 1898, Caleb D. Bradham, pharmacien de Caroline du Nord, invente une potion à base de noix de cola et d’eau de Seltz pour lutter contre la dyspepsie. Il baptise sa potion le « Brad’s Drink », qu’il déposera en 1902 sous le nom… « Pepsi-Cola ». (Source).

Penchons-nous plus précisément sur les principaux symptômes des trouble dyspeptiques.

“Je ne digère plus rien” : les symptômes du syndrome dyspeptique

La première chose à comprendre est que la dyspepsie est une affection “au long cours” : le problème de digestion chronique n’apparaît pas du jour au lendemain, on ne “tombe” pas en dyspepsie comme on attrape une gastro !

Par analogie, on peut la comparer à la surdité : ce n’est que passé un seuil de perte d’audition que le patient consulte.

  • Avant ce seuil, il “entend mal”… mais il entend.
  • Passé ce seuil, il n’entend plus suffisamment pour poursuivre une vie sociale normale

Il prend alors prend brutalement conscience de son état.

Il en va de même pour la dyspepsie. On peut être occasionnellement sujet à des gaz et douleurs abdominales, on peut aussi supporter stoïquement des maux de ventre, rots, fatigue ou toute une gamme de désagréments. Mais à un moment donné, les symptômes dyspeptiques se cumulent et deviennent chroniques. C’est là que les ennuis commencent…

Idéalement, il serait préférable de consulter au plus tôt : une affection encore peu installée est plus simple à soigner qu’un syndrome dyspeptique lourd, structurel et chronique.

Malheureusement, je rencontre rarement des patients suffisamment renseignés pour consulter dès les premiers symptômes. La démarche de soin ne vient le plus souvent que lorsque que le sujet a compris qu’il ne s’en sortirait pas seul.

C’est tout le propos de cet article : informer pour anticiper !

Lorsque je reçois un patient pour la première fois, je recense l’ensemble de ses symptômes. Je ne lui pose qu’une question : “que ressentez-vous ?”. Ensuite, j’écoute : la plupart ont déjà tant à dire !

Il s’agit de contextualiser l’expérience et le vécu de mon interlocuteur dans son entièreté, sans à priori. Tout y passe : lourdeur de l’estomac et rots chroniques, reflux gastrique, douleur, sternum tendu, crampes abdominales et nausées, antécédents médicaux, habitudes alimentaires, etc.

Plus j’en sais, mieux je serai en mesure d’analyser la nature des troubles digestifs persistants et d’explorer les solutions les plus adaptées.

Très souvent, les symptômes dyspeptiques sont corrélés à la prise de nourriture :

(source)

Voici les symptôme les plus communément rencontrés :

Nausée après repas : l’écoeurement quotidien

L’état nauséeux est l’une des grandes souffrances de la dyspepsie. On le décrit plus comme une sensation diffuse (qui déclenche quand-même parfois des vomissements !) qu’une douleur identifiée.

Le plus souvent la nausée vient après manger, mais il arrive qu’elle persiste tout au long de la journée. Le sujet ressent un état d’inconfort qu’il peine à définir : “j’ai sans cesse envie de vomir”, “je régurgite du matin au soir”, “j’ai l’impression d’avoir mangé un produit avarié”, etc.

Cette sensation s’accompagne régulièrement de troubles des selles, que ce soit sous forme de constipation ou au contraire de diarrhée légère (ou même aigüe).

Dans ces conditions, nausée après repas et perte d’appétit font malheureusement bon ménage : vous l’aurez compris, il devient difficile d’envisager la prise de nourriture avec sérénité !

Ainsi, l’état nauséeux permanent initie par ricochet des troubles alimentaires évidemment délétères à moyen-long-terme :

  • “j’ai faim mais ne veux pas manger pour éviter la nausée”
  • “parfois je mange excessivement par frustration de ne manger jamais assez… (non, le malade dyspeptique n’est pas anorexique…)”

Douleur estomac après repas… mais pas que !

L’intensité de la dyspepsie est parfois telle qu’elle occulte littéralement le vécu du porteur : le dyspeptique “entre en douleur”, il en vient à produire une pensée ruminante qui répète à l’infini le triptyque “douleur creux estomac”. Impossible de dégager son esprit dans les moments de crise !

Mal à l’estomac avant de manger, crampes d’estomac après le repas, douleurs au sternum entre les repas, douleur épigastrique… La douleur abdominale est partout, tout le temps. Parfois sourde, parfois vive, elle irradie indifféremment dans toutes les zones de l’estomac.

Pesanteur, estomac lourd et ventre gonflé

Nous parlons ici de l’ “aérogastrie”.

Je vous vois venir : non, le patient ne produit pas de gaz d’avions. Derrière ce terme scientifiquement barbare se cache en réalité le phénomène mieux connu de ballonnements.

Les ballonnements sont le résultat d’une accumulation de gaz dans l’estomac en quantité excessive. Ces gaz augmentent le volume abdominal anormalement et le patient vit une pesante sensation d’estomac plein.

Il ne ressent aucune faim car le message transmis par son estomac, quelle que soit la quantité d’aliments ingurgités, correspond à la gêne perçue après un réveillon !

La sensation de ventre gonflé génère le plus souvent par une impression de satiété avant les repas (satiété précoce), ou après (réplétion post-prandiale).

Manger sans faim est donc le quotidien du dyspeptique chronique… L’estomac pèse, ce poids pèse sur le moral, le moral pèse sur l’estomac et, progressivement, le patient ne se perçoit plus comme un “ventre trop plein”.

Éructation : la malédiction des rots fréquents

“Je rote beaucoup”, c’est grave Docteur ?

Éructation, définition :

“l’éructation est l’expulsion de gaz du tube digestif (principalement de l’œsophage et de l’estomac) par la bouche. Elle s’accompagne souvent d’un son et parfois d’une odeur caractéristique” (Wikipedia)

Les éructations répétées sont le corollaire direct des ballonnements : qui dit gaz en excès dit obligation de s’en débarrasser… Je vous laisse réfléchir au plus court chemin pour cela.

Les patients dyspeptiques sont, de fait, sujets à des éructations incessantes, épuisantes autant physiquement que moralement (roter tout le temps n’est pas ce qui se fait de mieux pour favoriser la vie sociale).

Le reflux gastro-oesophagien

Plus communément appelés “brûlures d’estomac”, les reflux gastriques consistent en une remontée de sucs gastriques, aux propriétés particulièrement acides (l’acide gastrique, ça vous dit quelque chose ?).

Ces sucs sont produit par le corps pour attaquer les aliments qu’il reçoit et leur acidité est, en principe, tout à notre avantage : pas de sucs, pas de digestion.

Mais dans un contexte de dyspepsie, le dosage est perturbé et les sucs attaquent l’œsophage qui, lui, n’est pas du tout équipé pour faire face aux régurgitations acides. Autant vous dire que c’est assez inconfortable.

Problèmes digestifs et fatigue :

Pour parfaire le tableau, troubles digestifs et grosse fatigue font bon ménage : la plupart du temps, les troubles gastro intestinaux décrits plus haut s’accompagnent d’un état de fatigue persistante et lourde, qui accable mes interlocuteurs et augmente leur perception d’irrévocabilité.

Cette fatigue est proche de celle ressentie avant une grippe, les courbatures en moins.

Selon les jours et les repas, le ressenti patient peut aller d’une sensation fatigue passagère à un véritable épuisement généralisé.

Cette digestion fatigante s’explique entre autres par :

  • une malabsorption d’éléments nutritifs au moment de la digestion, alors qu’elle nécessite beaucoup d’énergie
  • un phénomène inflammatoire associé à la digestion qui « pompe » toute l’énergie sur l’instant.

Dyspepsie : causes et prévention

Les recherches progressent et les moyens mis en oeuvre pour la comprendre croissent à mesure que les patients en souffrance augmentent. Mais à ce jour, personne n’est en capacité de pointer un binôme “cause-effet” systématique.

Les dysfonctionnements de l’estomac le plus souvent identifiés dans le cadre de la dyspepsie sont :

  • une vidange de l’estomac ralentie après les repas
  • une hypersensibilité du tube digestif lors de sa distension
  • une réduction de sa capacité de distension lors des repas

On rencontre très régulièrement les facteurs aggravants ci-après :

 

Consommation régulière

Troubles du comportement alimentaire

Stress

Alcool

Manger trop

Fatigue

Tabac

Manger trop vite

Anxiété

Médicaments susceptibles d’irriter l’estomac : aspirine, anti-inflammatoires, stéroïdiens, certains antibiotiques, traitement de la thyroïde, etc.*

Manger dans de mauvaises conditions (en situation de stress par exemple)

Dépression

Aliments contre-indiqués : trop gras, trop crus, etc

 

Burnout

(Source)

En lisant ce tableau, vous comprendrez qu’il répond à la fois à la question de la cause et de la prévention : en réduisant les facteurs déclenchant, on réduit les risques. C’est assez logique quand on y pense…

Evidemment, tout n’est pas si simple et on ne fait pas toujours ce qu’on veut. Si on ne “peut” pas se prémunir, on passe au chapitre suivant : le traitement de la dyspepsie chronique.

Dyspepsie : traitement naturel ou traitement médical ?

Médecine et naturopathie : deux approches complémentaires de le dyspepsie

Avant tout, je tiens à vous rassurer : oui, on peut diminuer, voire soigner la dyspepsie !

La première étape passe par votre médecin : il s’agit d’exclure de l’analyse toute maladie non-diagnostiquée (pour rappel, n’est qualifiée de dyspepsie qu’un état général sans cause apparente, autrement dit sans maladie associée).

En général, cette première étape passe par des tests classiques destinés à écarter du diagnostiques des pathologies plus “lourdes”. En particulier :

  • Prises de sang et tests bactériologiques (infection Helicobacter Pylori notamment)
  • Tests d’allergies (lactose, fructose, etc.)
  • Endoscopie haute

A l’issue de ces tests, s’ils s’avèrent négatif (ce qui est plutôt positif), le médecin rejoint le naturopathe dans un consensus positif : la pathologie est liée à votre fonctionnement quotidien, la guérison passe donc par une modification structurelle de votre fonctionnement.

(R Jian, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris)

Si le médecin peut vous apporter une aide conjoncturelle (par exemple la prescription d’inhibiteurs de la pompe à proton – IPP – en traitement de fond pour réduire les sécrétions acides), c’est au naturopathe que revient la tâche de vous accompagner sur le long-terme et de façon structurelle, dans une forme de “reparamétrage fonctionnel”.

Naturopathie et dyspepsie : le couple gagnant

L’alimentation ou hygiénisme est une des clés face aux troubles dyspeptiques mais pas seulement, une prise en charge globale de naturopathie doublée d’une attention particulière grâce à l’œil du spécialiste permettent de trouver des pistes et des solutions pour lutter contre les effets ou troubles associés souvent silencieux en plus de l’inconfort lors de repas, trouble gastro intestinaux ou douleurs liées aux troubles dyspeptiques.

Dans les deux cas la prise de compléments microbiotiques fortement dosés est recommandée.

Le fonctionnement général de notre corps est optimisé grâce à une bonne hygiène de vie. L’alimentation est évidemment partie prenante surtout lors de dyspepsie ou de dyspepsie chronique mais la naturopathie dans son ensemble est aussi un outil indispensable pour renforcer ou combler ce qui ne va plus !

Lors de mes rendez-vous certaines questions reviennent régulièrement sur l’approche et le traitement de la dyspepsie ou comment traiter la dyspepsie fonctionnelle :

–    pour une dyspepsie qui consulter ? je répondrai qu’en 2019 il existe désormais différentes méthodes naturelles et accessibles à tous qui peuvent s’additionner aux médicaments généralement prescrits par les médecins tels que les ipp ou inhibiteur de la pompe à protons

–    comment soigner la dyspepsie, comment soigner la dyspepsie naturellement, comment vaincre la dyspepsie ou encore dyspepsie quel medicament ? je pense que chaque individu doit être vu, questionné et analysé dans son ensemble et ses habitudes de vie afin de globaliser une approche qui lui sera adaptée

–    quel traitement pour une dyspepsie fonctionnelle, dyspepsie quel traitement ou dyspepsie comment se soigner, quel remede estomac paresseux ? là encore je dirai que la nature offre à celui qui sait l’écouter multiples solutions et permet d’échapper à ce qui semble être devenu une fatalité, de plus il est tout à fait possible d’adjoindre du naturel au traitement à base d’inhibiteur de pompe à proton

Pour résumer et regarder le positif, je voudrais rajouter que se sentir plus à l’aise, être mieux dans son corps et gérer son stress, qui a un impact direct ou par rebond avec « la somatisation » tel que l’Homme de Reich le décrit, sont des objectifs tout à fait louables et que n’importe qui est en droit d’atteindre, y compris les personnes qui souffrent ou présentent des symptômes de la dyspepsie ou dyspepsie fonctionnelle.

Pour finir il me plaît de rappeler que le père fondateur de la médecine Hippocrate a dit que « le meilleur des remèdes est dans l’assiette », peut-être qu’aujourd’hui il ajouterait “…et dans les produits de naturopathie” car ce qui est dans l’assiette aujourd’hui n’est plus ce qu’il y avait à l’époque !

Et si vous décidiez d’aller mieux ?

Discutons-en : je consulte par téléphone, Skype ou encore à domicile et bien évidemment vous reçois sur rendez-vous à mon cabinet de naturopathie

La naturopathie utilise un ensemble de supports naturels afin de chercher les « origines » et rejoindre l’objectif de manger ce que l’on veut, se sentir bien en toute situation, se sentir libre avec sa digestion et ne plus subir au quotidien la sensation d’excès comme après le restaurant par exemple.

Nous utilisons pour partie des plantes, des bactéries (microbiotiques), des alicaments, des fleurs sous forme d’huiles essentielles ou hydrolats et bien d’autres produits naturels qui ont des objectifs différents mais parfois aussi des bienfaits qui s’accordent les uns avec les autres, afin d’avoir plus de force dans leurs actions, et faire face à des situations à l’origine de douleurs ou d’inconforts.

La maîtrise de divers outils naturels tels que la phytothérapie, l’aromathérapie, les fleurs émotionnelles, les algues, les argiles ou encore les microorganismes me permettent d’avoir accès à différentes solutions conjointement et performer dans ma pratique pour le dyspeptique

Et il n’existe aucune contre-indication face à l’utilisation de la Naturopathie et des produits divers proposés, qui sont naturels !

Naturopathy For a Better Health 🌸🌱

 

Actualités Naturopathie

À propos de l'auteur : Charlotte Cousin


Hygiéniste-Naturopathe du Bassin d'Arcachon, elle apporte des conseils pour rétablir la santé avec des méthodes et des produits naturels.

Partagez ce contenu

Dans la même rubrique

Un nouveau label : Bio, Français et Équitable

Publié le 19 mai 2020 par Charlotte Cousin

Le label BFE : Bio, Français et Équitable Un nouveau label porté par la Fédération Nationale d [...]

Boisson sooooo rafraîchissante

Publié le 7 mai 2020 par Charlotte Cousin

La recette d'une boisson idéale pour un temps d'Été... Ces derniers jours nous passons du froid [...]

Tarifs des consultations

Les tarifs

Prise de rendez-vous

Prendre RDV